Mediambiente y ganaderia

Comment les agriculteurs et les éleveurs peuvent prendre soin de l’environnement

Pedro Borrego
11 Déc 2022

Les agriculteurs et les éleveurs jouent un rôle important dans la protection de l’environnement, mais leurs pratiques sont souvent en contradiction avec cet objectif. Cependant, en appliquant des méthodes d’agriculture durable telles que la rotation des cultures, les cultures de couverture et la conservation de l’eau, les agriculteurs et les éleveurs peuvent non seulement réduire leur impact sur l’environnement mais aussi augmenter leurs rendements et leurs bénéfices. Dans cet article, tu apprendras comment rendre ta ferme ou ton ranch plus durable et plus respectueux de l’environnement.

Introduction

L’agriculture et l’élevage sont essentiels au maintien de la vie sur notre planète. Le secteur agricole permet de produire les aliments et les fibres dont nous avons besoin, tout en préservant un environnement sain. Cependant, s’il n’est pas géré correctement, le secteur agricole peut avoir un impact négatif sur l’environnement. Heureusement, il existe de nombreuses méthodes d’agriculture durable que les agriculteurs et les éleveurs peuvent employer pour minimiser leur empreinte écologique et prendre soin de l’environnement de manière efficace. Cet article examine certaines de ces méthodes, la façon dont la production de bétail peut affecter l’environnement, comment les systèmes de pâturage peuvent être gérés de manière responsable, ainsi que les mesures pratiques que les agriculteurs et les éleveurs peuvent prendre pour préserver et protéger l’environnement.

La clé pour prendre soin de l’environnement réside dans l’utilisation de méthodes agricoles durables telles que la rotation des cultures, les cultures de couverture et la conservation de l’eau. Ces pratiques existent depuis des siècles et se sont révélées à la fois efficaces et efficientes. La rotation des cultures consiste à planter différentes cultures dans différents champs chaque année afin d’améliorer la fertilité du sol et de réduire les parasites. La culture de couverture est une autre pratique qui consiste à faire pousser des plantes entre les saisons pour protéger la terre arable de l’érosion éolienne et du ruissellement des pluies. Enfin, les techniques de conservation de l’eau telles que l’irrigation au goutte-à-goutte ou l’agriculture à faible travail du sol permettent de réduire la consommation d’eau tout en fournissant une humidité suffisante aux plantes.

En plus des pratiques agricoles durables, la production de bétail peut aussi avoir un impact sur l’environnement. Il est important de gérer les systèmes de pâturage de manière responsable afin de réduire l’érosion des sols et la perte de végétation. Le surpâturage peut entraîner la dégradation des terres, mais gérer intelligemment les systèmes de pâturage peut aider à maintenir un équilibre sain de la vie végétale tout en augmentant simultanément la productivité. Le pâturage tournant est un moyen d’y parvenir : les animaux sont déplacés périodiquement d’une zone de pâturage à une autre afin de donner à chaque zone suffisamment de temps de récupération avant d’être à nouveau pâturée.

Enfin, les agriculteurs et les éleveurs devraient également prendre des mesures pratiques pour réduire leur empreinte écologique dans la mesure du possible. Cela peut consister à choisir des équipements à faible consommation d’énergie, à utiliser des sources d’énergie renouvelables comme l’énergie éolienne ou solaire, à composter les déchets au lieu de les envoyer dans des décharges, ou à encourager la biodiversité en plantant des arbres ou en créant des corridors pour la faune. De plus, les agriculteurs devraient rechercher des programmes de certification qui reconnaissent les pratiques de gestion responsable des terres (comme la certification biologique) et envisager de rejoindre des initiatives ou des coopératives locales qui se consacrent à l’amélioration de la gestion de l’environnement au sein de leurs communautés.

En conclusion, les agriculteurs et les éleveurs jouent un rôle essentiel dans la protection de l’environnement. En utilisant des pratiques agricoles durables telles que la rotation des cultures, les cultures de couverture et la conservation de l’eau.

Méthodes agricoles durables

Les méthodes agricoles durables offrent la possibilité de réduire la dégradation de l’environnement tout en augmentant le rendement des cultures. La rotation des cultures est l’une de ces méthodes qui permet de préserver la fertilité du sol et de minimiser les parasites. En plantant différents types de cultures dans un champ donné chaque année, cette technique permet de maintenir la qualité du sol et de créer un environnement complexe qui repousse naturellement les insectes et les mauvaises herbes sans utiliser de produits chimiques ou de pesticides nocifs. La culture de couverture est un autre moyen efficace d’augmenter la matière organique dans le sol et de prévenir l’érosion. Cette pratique consiste à planter des cultures qui font office de couverture du sol lorsque d’autres cultures ne sont pas présentes ; ces plantes absorbent l’excès d’eau et étouffent les mauvaises herbes, ce qui finit par améliorer la fertilité du sol au fil du temps. De plus, de bonnes pratiques de conservation de l’eau peuvent aider les agriculteurs à réduire les coûts d’irrigation et à soutenir des sols sains. Les stratégies pour y parvenir comprennent l’utilisation de systèmes d’irrigation à basse pression, l’installation de dispositifs de conservation de l’eau sur les équipements agricoles et la collecte de l’eau de pluie pour l’irrigation des champs.

L’importance des pratiques de conservation dans les fermes est immense ; en appliquant des méthodes durables comme la rotation des cultures et la culture de couverture, les agriculteurs peuvent maximiser leurs rendements tout en préservant les ressources naturelles. De plus, des mesures comme la conservation de l’eau peuvent aussi réduire considérablement les coûts d’irrigation, permettant aux agriculteurs d’économiser de l’argent tout en pratiquant une gestion responsable des ressources de notre planète. En utilisant ces techniques en combinaison avec des systèmes de pâturage responsables (abordés plus loin), les agriculteurs pourront s’assurer que leurs opérations sont menées avec un minimum de dommages environnementaux.

Rotation des cultures

La rotation des cultures est une méthode d’agriculture durable importante qui peut être utilisée pour prendre soin de l’environnement. Cette pratique consiste à faire tourner des cultures ayant des saisons de croissance différentes dans le même champ, ce qui permet aux agriculteurs et aux éleveurs de gérer avec succès leurs terres tout en préservant leurs ressources naturelles et en protégeant l’environnement. La rotation des cultures aide à promouvoir un sol sain, à réduire l’érosion, à prévenir le lessivage des nutriments et à diminuer la dépendance aux engrais chimiques et aux pesticides.

Par exemple, en faisant la rotation des cultures, les agriculteurs peuvent maintenir un sol plus sain car chaque type de culture extrait des niveaux différents de nutriments du sol. Par conséquent, la fertilité du sol est maintenue et le lessivage des nutriments est évité. De plus, cette pratique permet de réduire l’érosion du sol puisque les systèmes racinaires des cultures varient, offrant ainsi une protection contre les dommages causés par le vent et l’eau. De plus, la rotation des cultures permet un système équilibré et diversifié d’utilisation des terres qui aide à préserver la diversité génétique des plantes et réduit la quantité de parasites dans les champs grâce à la prédation naturelle. En pratiquant la rotation entre différentes cultures, les agriculteurs sont en mesure de maintenir leurs coûts de production à un faible niveau car ils n’ont pas besoin de recourir aussi fortement aux engrais chimiques et aux pesticides pour maintenir le rendement des cultures.

Dans l’ensemble, la rotation des cultures est un outil essentiel pour les agriculteurs et les éleveurs afin de protéger et de soutenir l’environnement. Grâce à cette pratique, les agriculteurs peuvent s’assurer que leurs terres sont capables de fournir des rendements continuellement élevés tout en préservant leurs ressources naturelles pour les générations futures. Pour tirer le meilleur parti de cette méthode agricole durable, il est important que les agriculteurs et les éleveurs se familiarisent avec les différents types de cultures et leurs cycles de croissance afin de concevoir des rotations de cultures appropriées à l’état particulier de leurs terres. En planifiant et en mettant en œuvre cette technique avec soin, les agriculteurs et les éleveurs peuvent réussir à gérer leurs terres d’une manière qui est à la fois bénéfique pour la production agricole et protectrice de l’environnement.

Culture de couverture

La culture de couverture est une pratique agricole efficace pour réduire l’érosion des sols et améliorer leur fertilité. Les cultures de couverture sont plantées entre les cultures principales pendant les périodes de jachère pour protéger les sols contre l’érosion et réduire le lessivage des nutriments. Elles contribuent également à améliorer la fertilité des sols en ajoutant de la matière organique au sol, en améliorant la rétention d’eau et en fournissant un habitat aux organismes bénéfiques tels que les insectes et les pollinisateurs. De plus, les cultures de couverture peuvent permettre de lutter contre les mauvaises herbes en les empêchant de s’établir entre les cycles des cultures principales.

Les cultures de couverture jouent également un rôle important dans l’augmentation de la biodiversité dans les écosystèmes agricoles. La présence de ces différentes espèces végétales peut fournir un habitat aux insectes et pollinisateurs bénéfiques, dont il a été démontré qu’ils ont un impact positif sur les rendements des cultures. En fournissant cet habitat, les cultures de couverture peuvent contribuer à assurer la santé des écosystèmes agricoles, ce qui se traduit par des rendements plus élevés et des sols plus sains.

La matière organique présente dans les cultures de couverture peut également contribuer au cycle des nutriments et à la séquestration du carbone. Ce type de matière organique aide à maintenir la fertilité du sol en se liant aux nutriments et en les libérant dans le sol selon les besoins. Il aide aussi à séquestrer le carbone de l’atmosphère, jouant ainsi un rôle dans l’atténuation du changement climatique.

Dans l’ensemble, la culture de couverture est un moyen extrêmement efficace pour les agriculteurs et les éleveurs de prendre soin de l’environnement en protégeant les sols contre l’érosion, en augmentant la biodiversité, en améliorant la fertilité du sol et en contribuant au cycle des nutriments et à la séquestration du carbone. Non seulement elle est bénéfique pour l’environnement, mais elle peut aussi aider les agriculteurs à augmenter leurs rendements tout en réduisant leurs coûts d’intrants au fil du temps. En tant que tel, c’est un outil inestimable pour les agriculteurs qui cherchent à mettre en œuvre des pratiques durables dans leurs exploitations.

Conservation de l’eau

La conservation de l’eau est un élément clé des pratiques agricoles durables. La pénurie d’eau devenant un problème de plus en plus important au niveau mondial, il est essentiel que les agriculteurs et les éleveurs utilisent l’eau de manière efficace afin de s’assurer qu’il y en ait suffisamment pour les générations futures. Diverses méthodes peuvent être utilisées pour réduire le gaspillage d’eau dans les fermes et les ranchs, comme l’amélioration des systèmes d’irrigation, l’utilisation de plantes tolérantes à la sécheresse et la collecte de l’eau de pluie pour l’irrigation ou les abreuvoirs pour animaux. De plus, les agriculteurs et les éleveurs doivent être conscients de leurs ressources en eau locales afin de les conserver correctement. Cela comprend la surveillance des niveaux de débit des cours d’eau, la gestion de l’utilisation des eaux souterraines, la réduction de l’érosion et de la sédimentation, et l’évitement de la pollution des cours d’eau par les eaux de ruissellement des fermes ou des pâturages.

L’amélioration des systèmes d’irrigation est un moyen pour les agriculteurs de conserver l’eau. Il peut s’agir de remplacer les pulvérisateurs et les tuyaux inefficaces par des systèmes d’irrigation goutte à goutte plus efficaces, qui acheminent l’eau directement dans le sol près du système racinaire de la plante. Cela réduit les pertes d’eau dues à l’évaporation et au ruissellement. Les plantes tolérantes à la sécheresse sont aussi un excellent moyen de conserver l’eau ; elles nécessitent moins d’eau que les cultures traditionnelles et peuvent aider à réduire la nécessité d’une irrigation fréquente. Enfin, récupérer l’eau de pluie pour l’utiliser dans l’irrigation ou les abreuvoirs pour animaux peut aider à compenser le besoin de sources d’eau supplémentaires.

En plus de ces méthodes, les agriculteurs et les éleveurs doivent également être conscients de leurs ressources en eau locales afin de les conserver correctement. Il s’agit notamment de surveiller les niveaux de débit des cours d’eau, de gérer l’utilisation des eaux souterraines, de minimiser l’érosion et la sédimentation, et d’éviter la pollution des cours d’eau par les eaux de ruissellement des fermes ou des pâturages. Les agriculteurs et les éleveurs peuvent également profiter des programmes proposés par les gouvernements fédéraux, étatiques et locaux qui offrent des incitations et un soutien pour les pratiques de conservation telles que les systèmes d’irrigation améliorés, la restauration de la végétation indigène et les opérations de travail réduit du sol.

En appliquant ces méthodes, les agriculteurs et les éleveurs peuvent s’assurer qu’ils utilisent l’eau de manière responsable tout en étant capables d’atteindre leurs objectifs de rendement. La conservation de l’eau est un élément essentiel de la protection de l’environnement, il est donc important que tous les agriculteurs et les éleveurs fassent leur part pour protéger cette précieuse ressource.

Impact environnemental de la production de bétail

La production de bétail est l’une des principales causes de la dégradation de l’environnement en raison du surpâturage, de la destruction de l’habitat causée par les enclos du bétail et du rejet de gaz à effet de serre nocifs tels que le méthane provenant des déchets animaux. La production de bétail à grande échelle peut entraîner l’érosion des sols, une sédimentation accrue dans les cours d’eau, une diminution de la couverture végétale qui nuit à la biodiversité et une surutilisation des ressources en eau. En plus de ces problèmes, la production de bétail produit également de grandes quantités d’émissions d’oxyde nitreux, qui sont jusqu’à 300 fois plus puissantes que le dioxyde de carbone en tant que gaz à effet de serre.

Les effets environnementaux de la production animale sont aggravés lorsque les animaux sont gardés dans des conditions de surpopulation ou dans des parcs d’engraissement et des pâturages mal gérés. Le surpâturage peut diminuer la couverture végétale, ce qui entraîne une perte de la biodiversité indigène et une érosion du sol due au manque de couverture végétale. Cela a de graves répercussions sur la qualité de l’eau ainsi que sur la productivité des terres, entraînant des proliférations d’algues et une réduction des niveaux de fertilité du sol. Les enclos à bétail peuvent également dégrader les habitats en empêchant les déplacements de la faune sauvage, ce qui entraîne des perturbations des processus écosystémiques tels que la pollinisation et la dispersion des graines.

Afin de réduire les impacts environnementaux de l’élevage, les agriculteurs doivent utiliser des systèmes de pâturage responsables, conçus pour maximiser l’utilisation du fourrage tout en minimisant les perturbations du sol ou les dommages à la couverture végétale. Les systèmes de pâturage rotatif consistent à déplacer le bétail entre différents pâturages ou périodes de pâturage tout au long de l’année. Cela permet de ménager des périodes de récupération pour la terre, pendant lesquelles les herbes peuvent repousser et les sols peuvent être réapprovisionnés en nutriments grâce au fumier. D’autres stratégies telles que le pâturage rotatif intensif géré (MIRG) peuvent être utilisées pour concentrer le pâturage sur des zones spécifiques à certaines périodes de l’année afin de réduire le compactage du sol, d’augmenter la teneur en matière organique, d’améliorer les taux d’infiltration de l’eau et de réduire l’érosion.

Enfin, les agriculteurs devraient envisager de réduire la taille de leurs troupeaux lorsque cela est possible afin de réduire la pression sur les ressources terrestres et les écosystèmes. Cela peut impliquer de passer à des races qui produisent moins de méthane ou qui sont mieux adaptées aux climats locaux. Il est également important que les agriculteurs et les éleveurs surveillent leurs terres pour détecter les impacts environnementaux potentiels, comme la poussière excessive ou le ruissellement de nutriments dans les cours d’eau adjacents. En utilisant des méthodes d’agriculture durable et en gérant de manière responsable leurs troupeaux et leurs pratiques de pâturage, les agriculteurs et les éleveurs peuvent jouer un rôle important dans la protection de notre environnement.

Systèmes de pâturage responsables

Les systèmes de pâturage peuvent être un moyen durable et écologique pour les agriculteurs et les ranchers d’élever leur bétail. Les systèmes de pâturage responsables impliquent une planification minutieuse et l’utilisation de techniques de gestion des terres pour réduire les impacts sur l’environnement. Le pâturage tournant est une méthode efficace pour gérer le pâturage et profiter au sol, aux animaux et aux plantes. Dans ce système, les zones de pâturage sont divisées en petites sections ou « paddocks » avec des périodes de repos entre les différents troupeaux afin de permettre aux herbes et autres végétaux de se régénérer. Ce type de pâturage planifié aide à maintenir les prairies en réduisant la concurrence pour les ressources entre les animaux, en favorisant la biodiversité, en améliorant la qualité du sol, en augmentant la teneur en matière organique du sol, en réduisant le ruissellement de l’eau et l’érosion, et en améliorant les habitats de la faune.

En plus du pâturage en rotation, d’autres pratiques telles que les brûlages contrôlés, la diversification des espèces de pâturage, la sélection de races de bétail plus résistantes et l’instauration de zones sans pâturage peuvent également être bénéfiques. La gestion des brûlages peut aider à réduire les charges de combustible accumulées et à rétablir l’équilibre des nutriments dans les pâturages et les parcours. La diversification des espèces de pâturage peut améliorer la qualité du fourrage et renforcer la durabilité des terres. Sélectionner des races de bétail plus résistantes peut minimiser le stress sur les ressources terrestres en raison de leur plus grande adaptabilité aux conditions locales. L’établissement de zones sans pâturage peut aider à maintenir une couverture végétale essentielle pour de nombreuses espèces sensibles qui habitent les prairies.

Il est nécessaire de surveiller et d’évaluer correctement les systèmes de pâturage pour s’assurer qu’ils sont mis en œuvre correctement et ont des impacts environnementaux minimes. Cela comprend des évaluations régulières de la santé du sol, des niveaux de couverture végétale, de la conservation de l’eau, des niveaux de contamination bactérienne, de la santé des animaux et d’autres facteurs pertinents. Si les problèmes sont détectés à temps, des mesures correctives peuvent être prises rapidement afin d’éviter d’autres dommages ou pertes. Avec les bons outils et les bonnes stratégies de gestion, les agriculteurs et les éleveurs peuvent mettre en place des systèmes de pâturage responsables qui protègent l’environnement tout en atteignant leurs propres objectifs de production.

Mesures pratiques pour les agriculteurs et les éleveurs

Les agriculteurs et les éleveurs peuvent réduire leur impact environnemental en adoptant des pratiques durables. Des pratiques telles que la rotation des cultures, les cultures de couverture et la conservation de l’eau peuvent contribuer à améliorer la santé des sols et à préserver les ressources. La production de bétail a également un impact sur l’environnement, mais une gestion attentive des systèmes de pâturage peut aider à minimiser ces dommages. Les agriculteurs et les éleveurs devraient également envisager d’investir dans des sources d’énergie renouvelables pour réduire leur empreinte carbone. La mise en œuvre de bonnes pratiques, comme éviter le surpâturage, contrôler l’érosion et gérer les déchets de manière responsable, est essentielle pour protéger l’environnement.

Par exemple, les agriculteurs peuvent pratiquer la rotation des cultures pour prolonger la vie de leur sol et prévenir l’épuisement des nutriments sans avoir recours à des produits chimiques nocifs. La culture de couverture est une autre méthode importante pour reconstituer les nutriments dans le sol tout en le protégeant de l’érosion éolienne et hydrique. En outre, des mesures telles que l’installation de systèmes de collecte d’eau de pluie ou de systèmes d’irrigation goutte à goutte permettent de réduire la consommation d’eau tout en assurant une distribution plus efficace de l’eau aux racines des cultures.

La production de bétail crée également des impacts environnementaux en raison des émissions de méthane des animaux et des eaux de ruissellement provenant de l’élimination du fumier. Cependant, des systèmes de pâturage responsables peuvent aider à réduire ces effets tout en assurant la rentabilité de l’élevage. Le pâturage tournant consiste à diviser les pâturages en plus petits champs qui sont pâturés de manière séquentielle au fil du temps pour donner aux prairies le temps de se rétablir avant d’être à nouveau pâturées. Cela permet aux agriculteurs de produire plus d’aliments pour animaux avec moins de terres tout en contrôlant les mauvaises herbes et en prévenant l’érosion. De plus, les agriculteurs peuvent nourrir leur bétail avec des déchets alimentaires provenant d’autres activités agricoles ou utiliser le fumier de leur bétail comme engrais naturel pour leurs cultures.

Enfin, les agriculteurs et les éleveurs devraient envisager d’investir dans des sources d’énergie renouvelables, comme des panneaux solaires ou des éoliennes. Cela permettra non seulement de réduire leur empreinte carbone mais aussi d’économiser de l’argent sur les services publics à long terme. De plus, les agriculteurs doivent faire attention à l’utilisation de produits chimiques lorsqu’ils pulvérisent des insectes ou des mauvaises herbes, chercher des alternatives moins nocives pour l’environnement et stocker correctement toute matière dangereuse afin d’éviter tout impact négatif sur les écosystèmes voisins.

En prenant des mesures pratiques comme la mise en œuvre de pratiques durables, la gestion responsable des prairies et l’investissement dans des sources d’énergie renouvelables, les agriculteurs et les éleveurs peuvent contribuer de manière significative à la préservation de notre environnement pour les générations futures.

Conclusion

En conclusion, les pratiques agricoles durables sont essentielles pour optimiser les rendements et minimiser les impacts environnementaux de l’agriculture. Des systèmes de pâturage responsables peuvent contribuer à garantir que la production animale ne cause pas de dommages irréparables à l’environnement. Les agriculteurs et les éleveurs ont un rôle important à jouer dans la préservation et la protection de l’environnement. Avec les bonnes connaissances, pratiques et précautions, les agriculteurs et les éleveurs peuvent apporter une contribution positive à un avenir durable.

Les agriculteurs et les éleveurs soucieux de la conservation doivent être prêts à faire des changements et à investir dans les nouvelles technologies pour réduire leur impact sur l’environnement. Les mesures de conservation de l’eau telles que la récupération de l’eau de pluie, la culture de couverture et la rotation des cultures ne sont que quelques-unes des nombreuses stratégies que les agriculteurs et les éleveurs peuvent utiliser pour réduire leur empreinte écologique. En outre, il convient d’utiliser des systèmes de pâturage responsables pour promouvoir la santé de l’écosystème en équilibrant la densité des animaux avec les cycles de renouvellement des pâturages et en minimisant le ruissellement des nutriments vers les sources d’eau. Avec une bonne intendance, les agriculteurs et les éleveurs peuvent produire de la nourriture tout en prenant soin de l’environnement.

Il est clair que l’agriculture a un immense potentiel pour à la fois nourrir les gens et améliorer l’environnement. Les agriculteurs et les éleveurs qui adoptent une approche holistique de la gestion des terres pourront augmenter la fertilité des sols, diversifier les cultures, fournir un habitat aux espèces sauvages et protéger les ressources naturelles tout en produisant des produits alimentaires de haute qualité. Il est donc primordial que nous continuions à soutenir nos agriculteurs et nos éleveurs qui s’efforcent de protéger l’environnement tout en nourrissant le monde.

Les agriculteurs et les éleveurs ont une occasion unique d’être des gardiens de l’environnement. En adoptant des méthodes agricoles durables, comme la rotation des cultures et la culture de couverture, et en utilisant des systèmes de pâturage responsables, ils peuvent contribuer à préserver et à protéger l’environnement. De plus, en prenant des mesures pratiques, comme la conservation de l’eau et la réduction de leur empreinte écologique, ils peuvent s’assurer que la planète et ses ressources sont préservées pour les générations à venir.

Lectures recommandées

Embouteiller des tomates fraîches est un acte de connexion à la terre et à nos propres racines. Dans un monde dominé par la vitesse et l'efficacité, cette tradition nous invite à faire une pause, à écouter l'appel de la terre…
Ah, le commerce équitable ! Voilà un concept qui fait battre mon cœur et qui donne un sens véritable à mes achats. Si vous êtes comme moi, vous ne pouvez pas vous empêcher de sourire lorsque vous achetez des produits…
Durable, écologique, naturel sont sans doute les termes vedettes préférés des entreprises qui pratiquent le greenwashing. Ces pratiques de lavage d'image (vertes), qui ont débuté dans les années 1960 avec de grandes entreprises énergétiques et chimiques telles que Shell, Dow…
Nous ne pouvons plus détourner le regard. Il est temps de prendre conscience que nous ne pouvons pas nous comporter avec l'environnement comme s'il s'agissait d'un supermarché. Nous ne pouvons pas penser que tout ce qui nous entoure dans la…

Comment fonctionne une adoption?

Choisissez votre Artisan préféré

Explorez les projets et commencez votre propre adoption

Recevez vos produits locaux tous les 4 mois

Des aliments de qualité en circuit court tout au long de l'année

Suivez les nouvelles de l'adoption

Recevez des recettes et des conseils personnalisés sur vos produits

Visitez votre Artisan dans son domaine

Créez un lien unique avec la personne que vous avez choisi de soutenir

Participez aux projets d'adoptions

Établissez des relations de proximité avec les artisans et découvrez de nouveaux produits saisonniers, des séries limitées, des recettes et des conseils pour régaler vos proches.